Capture.JPG
Capture.JPG

Par Ophélie Boudimbou

Petits Bouts d'Histoires

Petits bouts d’histoires, ce sont:

  • des contes et des histoires courtes qui racontent l’Afrique autrement (la culture, les traditions, la vie) au travers des scènes de la vie de tous les jours.

  • Des ateliers d’écriture

  • Une boutique de livres, ebooks et produits dérivés

istockphoto-1131949134-612x612.jpg

À propos

Petits bouts d’histoires est un ensemble de contes, d’histoires et d’activités autour de l’Afrique. C’est aussi le pseudo d’une auteure qui écrit pour faire rêver les enfants du monde entier: Ophélie Boudimbou.

Depuis 2018, Petits Bouts d’Histoires est une lettre d’amour, un reflet de sa passion pour l’Afrique, son histoire, ses cultures et ses traditions. Certaine qu’il est possible de faire rayonner le continent aux yeux des enfants et adultes du monde entier, Ophélie y propose livres et ateliers, tous construits autour de la richesse culturelle et historique du continent africain.

Petits Bouts d’Histoires, c’est la plateforme d’expression d’une passionnée de l’Afrique, une rêveuse à temps complet, une fille simple et authentique qui souhaite créer du lien avec son public, fait d’enfants, mais aussi de parents en constante recherche de nouvelles activités à proposer aux plus petits, et de familles monoparentales soucieuses de leur éducation.

Au travers de cette plateforme, elle invite ses lecteurs à un voyage interne et externe et les accompagne pour enfin les amener à découvrir les horizons qu’on ne leur montre pas. Grâce à l’écriture, elle espère sensibiliser jeunes et moins jeunes à l’ouverture d’esprit et au respect de la différence. Et pour chaque histoire, elle fait appel au souvenir, convaincue que nous avons tous une part de vécu à raconter. Nous avons tous en nous des petits bouts d’histoires.

depositphotos_14975765-stock-photo-setting-sun-with-silhouettes-of.jpg
PBD-LOGO-BIG.png
71nxsWzf3LL._SX450_.jpg

L'auteure

Ophélie Boudimbou

« Quand un enfant ou des parents lisent mes histoires, j’aimerais qu’ils aient envie de faire plus de recherche (à propos de l’Afrique), qu’ils se cultivent pour mieux la comprendre.   »